Système TeamSpeak du Réseau Jeux-Strategie.com Abonnez-vous à nos flux RSS Mur du Réseau Jeux-Strategie.com
 

      

Les lois

L'hiver est arrivé, et Henrik Fåhraeus, alias Doomdark, Producteur Associé chez Paradox Interactive et Chef de Projet pour Crusader Kings II, nous reviens avec un nouveau carnet. Il nous propose de nous plonger dans la jurisprudence médiévale.

Dans Crusader Kings II, il existe deux lois différentes : les lois s'appliquant au domaine du personnage (de facto, ou lois domaniales) et celles s'appliquant à tous ceux vivant au sein de l'un des anciens royaumes traditionnels (de jure, ou lois royales). Les lois domaniales couvrent des matières comme la succession, le niveau de taxation et le mode de fonctionnement du Conseil. Tous les personnages que l'on peut incarner en tant que joueur peuvent modifier leurs lois domaniales. Les lois royales couvrent les matières comme les libertés, les droits et les devoirs des bourgeois, des nobles, du clergé et de la paysannerie. Seul le porteur de la couronne royale peut changer les lois royales, et cela affecte toute la zone géographique du royaume concerné, que la province soit sous son contrôle de facto ou non. En effet, comme dans Crusader Kings I, les duchés et royaumes de jure sont des entités géographiques statiques qui ne changent pas.

Par conséquent, le joueur qui est, par exemple, roi de Norvège et de Danemark peut changer les lois de jure indépendamment pour chaque royaume. Par ailleurs, pour rendre les choses plus intéressantes, les lois de successions royales (et uniquement pour ce niveau) sont aussi traitées par royaume. Ainsi, dans notre exemple, la Norvège peut être une monarchie élective, pendant que le Danemark a la primogéniture. Par conséquent, les ducs norvégiens peuvent élire un autre successeur pour la couronne norvégienne que le fils ainé du roi actuel, ce qui conduira à une séparation des deux royaumes...

Pendant que nous en sommes au lois de successions, celles-ci sont sensiblement différentes par rapport à celles dans Crusader Kings I. Pour commencer, la plupart des lois de successions peuvent être agnatique (s'intéressant uniquement à l'ascendance mâle d'une personne, celle qui transmet le patronyme) ou cognatique (s'intéressant à la généalogie d'une personne dont les ascendants ou descendants ne portent pas le même nom, en particulier parenté par les femmes), ce qui constitue une loi en soi. Dans Crusader Kings II, les lois de successions sont :
- Ancienneté (homme le plus âgé de la dynastie succède)
- Primogéniture (fils aîné succède)
- Elective (l'actuel roi et les ducs nomine chacun un successeur)
- Gavelkind (tous les titres sont répartis entre les fils)
- Turc (une crise de succession est presque garanti, mais les vassaux sont contents)
- Républicain (un vassal aléatoire ou courtisan succède)
- Évêché catholique (le seigneur peut remplacer le choix du pape en nommant un successeur de son choix)

C'est tout pour cette fois. Si le jeu est encore bien loin d'être fini (rappelons que la date de sortie est prévue pour début 2012), voici une capture d'écran de l'interface actuelle pour les lois (gardant en mémoire qu'elle est sujette à modification). Dans l'image, le roi est en ligne pour hériter, car le jeune duc n'a pas d'héritier légal. Les "prétendants" sont les deuxième et troisièmes personnages dans l'ordre de succession.



Réseau Gamers et Stratégie. Association Loi 1901 à capacité juridique.
©1998-2017 Réseau Gamers et Stratégie - Tous droits réservés - Mentions légales