Système TeamSpeak du Réseau Jeux-Strategie.com Abonnez-vous à nos flux RSS Mur du Réseau Jeux-Strategie.com
 

      

N'ennuyez pas le pape !

Nous avons couvert la plupart des fonctionnalités du jeu alors j'ai pensé changer de tactique et de parler un peu de ce que nous avons fait cette dernière semaine. Une grande partie du temps a été consacré à la guerre et à la paix, aux règles et au comportement de l'IA. Je suis heureux d'annoncer que nous avons maintenant des vassaux d'un même royaume s'affrontant comme des bâtards vicieux qu'ils sont.

Nous avons également un peu modifié la règle : les vassaux sont désormais autorisés à déclarer la guerre à des dirigeants indépendants, mais ces derniers ne peuvent faire de même. Ainsi Guillaume Normandie, vassal du roi de France peut envahir en son nom propre l'Angleterre. Une conséquence imprévue est qu'il tend aujourd'hui à appeler son beau père le duc Baudouin de Flandres, autre vassal du roi de France, pour l'aider.

La duchesse Mathilde de Toscane, vassal  de l'empereur romain (et épouse la plus éligible en Europe), tend à ouvrir le jeu en 1066 par une sale manœuvre en attaquant le pape pour saisir Orvieto (qui fait juridiquement parti du duché de Spoleto). D'autres fois le pape usurpe le titre de duc de Spoleto et Mathilde se sent obliger de tenter de le reprendre.

De toute façon la duchesse a malheureusement tendance à avoir une mauvaise surprise. Elle a oubliée une leçon importante vue dans un précédent carnet : le pape reçoit des taxes de tous les évêques fidèles de l'Europe, faisant de lui un homme très, très riche. Ainsi s'il n'a quelques troupes, il peut facilement engager toutes les compagnies de mercenaire de l'Europe. Même le puissant empereur romain germanique perd parfois face à la puissance du Vatican

Capture d'écran

Réseau Gamers et Stratégie. Association Loi 1901 à capacité juridique.
©1998-2017 Réseau Gamers et Stratégie - Tous droits réservés - Mentions légales