Système TeamSpeak du Réseau Jeux-Strategie.com Abonnez-vous à nos flux RSS Mur du Réseau Jeux-Strategie.com
 

      

Présentation d'Armageddon

Hearts of Iron II Doomsday : Armageddon : un de plus, pensez-vous ? Encore un jeu ayant, sur fond de Seconde Guerre Mondiale, l’ambition de livrer au joueur l’ultime simulation stratégique ? Voici là une ambition et un refrain bien connus. Mais si Hearts of Iron partage effectivement cet horizon de transcendance informatique, ce n’est pas encore un autre wargame. Hearts of Iron demeure et restera LE jeu grand stratégique de la décennie.


Une révolution dans l'univers du grand stratégique


Sorti en 2002, le premier opus de la série Hearts of Iron avait déjà connu un grand succès en révolutionnant l’univers du grand stratégique tant par le découpage précis de sa carte, que par le champ des actions qu’il couvre, de la politique industrielle à la diplomatie en passant par les opérations militaires et la politique commerciale, par sa gestion du temps heure par heure ou encore son astucieux mélange d’évènements historiques et d’évènements aléatoires.
Les attentes furent donc élevées lorsque l’équipe de développement de Paradox Interactive annonça la sortie du second volet fin 2004. Et elles ne furent pas déçues ! Rompant avec une vieille tradition des wargames, Hearts of Iron II plaçait le mouvement au cœur de la stratégie militaire. « Move is combat » (« se déplacer, c’est combattre »), c’est ainsi que l’on pouvait définir la philosophie de ce second volet puisque le combat entre unités s’engage dès lors qu’une unité fait mouvement vers l’autre - et non pas lorsque celle-ci arrive dans la province ennemie comme c’était le cas dans le premier opus. Avec le stand-alone Hearts of Iron II Doomsday sorti en 2006, la série s’enrichissait notamment d’un volet relatif aux opérations d’espionnage. L’add-on Hearts of Iron II Doomsday : Armageddon sorti l’année suivante venait apporter les dernières retouches à un titre déjà très étoffé.


Armageddon demeure axé sur l’aspect militaire du conflit


Le dernier add-on Armageddon conserve en effet la philosophie du jeu original tout en l’enrichissant encore un peu plus. Aux nombreux scenarii déjà disponibles s’ajoutent deux scenarii fantaisistes mettant aux prises, à l’instar d’un RISK, d’immenses empires avides de territoires. Ces nouveaux scenarii sont intéressants dans la mesure où tous les pays jouables démarrent la partie sur un pied d’égalité (mêmes stocks de ressources, même nombre d’unités, etc). Ils s’avèrent ainsi passionnant et très équilibrés, notamment pour les parties multi joueurs ! Les scenarii classiques (1936, 1938, 1939, 1941, 1944 et 1945) sont désormais jouables jusqu’en 1964 (plutôt que 1953 avec Hearts of Iron II Doomsday), de nombreux évènements historiques agrémentant la nouvelle période couverte.

Armageddon demeurant toutefois axé sur l’aspect militaire du conflit, les nouveautés les plus importantes concernent le volet relatif à la production d’unités. Les brigades additionnelles (unités de taille régimentaire pouvant accompagner une division dans Hearts of Iron II) peuvent désormais être produites en même temps que la division à laquelle elle est rattachée plutôt que de devoir être produite séparément.
Le joueur notera également l’apparition de brigades navales. Les navires peuvent en effet désormais être améliorés par un système de brigades analogue aux brigades terrestres représentant par exemple de l’équipement ASM (anti sous-marins) ou anti-air, une coque renforcée ou encore des radars plus performants. L’introduction des brigades navales procède d’une révolution de l’aspect naval d’Hearts of Iron puisque les navires obsolètes – qui ne peuvent pas être ‘upgradés’ au modèle suivant comme le sont les unités terrestres et aériennes via l’outil d’amélioration – peuvent dès lors subir des refontes comme cela a été si souvent le cas historiquement. Le joueur doit ainsi choisir entre ordonner la mise en chantier de navires de modèle plus récent et retoucher des navires obsolètes.

Armageddon bouleverse par ailleurs le moteur de combat entre unités aériennes. L’organisation de ces dernières est désormais décisive lors de batailles aériennes qui peuvent durer plus longtemps que dans Hearts of Iron II Doomsday.
L’interface d’Armageddon hérite certes de l’austérité de l’univers des wargames - à l’instar de ses prédécesseurs - mais demeure claire et accessible. L’intelligence artificielle a elle aussi été totalement retravaillée. Tandis que les invasions navales n’étaient que trop rares dans Doomsday, elles sont désormais monnaie courante avec Armageddon. La guerre du Pacifique devient par exemple enfin animée !

Le joueur peut également refuser automatiquement les corps expéditionnaires envoyés par ses alliés via une action diplomatique, réduisant de manière importante la micro gestion en la matière.
Armageddon apporte par ailleurs d’importantes nouveautés en matière de modding, comme 99 nouveaux pays programmables ou de nouvelles commandes pour les évènements historiques.


Une communauté de modding très productive


Doté d’une communauté très active, c’est précisément bien la richesse de ses mods qui rend Hearts of Iron si addictif. La communauté française n’est pas en reste puisqu’elle a enfanté deux mods incontournables, les mods 33 et World in Flames.
Le mod 33 permet – ainsi que le suggère son nom – de débuter le jeu dès 1933 (au lieu de 1936 avec le jeu classique). Mêlant alternatives historiques telles que la victoire du KPD (parti communiste allemand) aux élections législatives de 1933, un coup d’état fasciste en France ou l’assassinat de Staline et évènements historiques très détaillés, ce mod plonge littéralement le joueur au cœur de l’Histoire. Il offre, par un éventail de nouveautés, un jeu bien plus réaliste. Le rythme des combats a ainsi été ralenti afin de souligner l’importance des manœuvres et de la planification des attaques.


Le mod World in Flames livre quant à lui une expérience inédite, notamment en termes de challenge. Si l’objectif originel de ce mod était de rendre l’intelligence artificielle bien plus compétitive – ce qui est effectivement le cas – ce mod offre au joueur un jeu totalement renouvelé avec un système de combat analogue à celui du mod 33 où l’aviation et les manœuvres jouent un rôle majeur.

Les deux mods améliorent par ailleurs l’atmosphère audio-visuelle du jeu en l’agrémentant de nouveaux graphismes en couleurs et de pistes audio collant à l’époque. Quel plaisir que d’entendre le Président Franklin Delano Roosevelt prononcer devant le Congrès un discours devenu historique pour lui demander de déclarer la guerre au Japon après que celui-ci ait bombardé votre base navale de Pearl Harbor !
Offrant une alternative au jeu original, les mods permettent de rallonger sa durée de vie de manière considérable. Leur usage est donc vivement conseillé une fois que le joueur aura acquis une certaine maîtrise du jeu original, ce qui n’est certes pas tâche aisée !


Conclusion


L’add-on Armageddon pour Hearts of Iron II Doomsday demeure un nouveau pas en avant pour la série Hearts of Iron, il est actuellement distribué dans le coffret ANTHOLOGY qui regroupe Doomsday + Armageddon + les patchs.

 



Liens utiles :

 

- Télécharger Hearts of Iron II Doomsday : Armageddon via Gamersgate

- Télécharger le dernier patch (patch 1.2) pour HoI2DD:A 

- Télécharger le mod 33 pour HoI2DD:A

- Télécharger le mod WiF pour HoI2DD:A

 


Sommaire des pages pour Armageddon

Galerie d'images

Réseau Gamers et Stratégie. Association Loi 1901 à capacité juridique.
©1998-2017 Réseau Gamers et Stratégie - Tous droits réservés - Mentions légales