Système TeamSpeak du Réseau Jeux-Strategie.com Abonnez-vous à nos flux RSS Mur du Réseau Jeux-Strategie.com
 

      

Conseils généraux

Conseils pour Hearts of Iron III : Semper Fi

Souvent qualifié d'usine à gaz, Hearts of Iron III et son expansion Semper Fi demeurent indéniablement difficiles d'approche pour le novice...et même pour le vétéran d'Hearts of Iron I et II ! Nombreuses sont les questions qui viennent à l'esprit du joueur. Quel pays choisir ? Comment organiser ses armées ? Comment gérer le système logistique ? Que produire ? Peut-on et faut-il suivre l'histoire ? Comment réduire le micro management ? Ou encore : quel mod choisir ? C'est à ces interrogation légitimes que nous nous proposons de répondre à travers ces quelques lignes de conseils généraux et spécifiques à certaines grandes puissances.

Sorti en août 2009, Hearts of Iron III est le troisième opus d'une série de jeux grand stratégiques en temps réel développée par les Suédois de Paradox Interactive. Hearts of Iron permet aux joueurs de contrôler tous les aspects militaire, industriel, scientifique et diplomatique de la gestion d'un pays au cours de la période tourmentée de 1936-1953. Ce troisième opus et son expansion Semper Fi disponible depuis le 6 juin 2010 (!) marquent un tournant dans l'évolution de la série. La carte qui comptait moins de 3000 provinces dans Hearts of Iron II en compte désormais plus de 10 000 tandis que l'ensemble des aspects du jeu ont été profondément enrichis et complexifiés.

Quel pays choisir ?

Avant même de lancer une partie, il vous appartient de décider du scénario et du pays que vous souhaitez jouer. Contrairement à Hearts of Iron II, ce troisième opus est vierge en « battlescénarios » qui permettaient de découvrir le jeu autour d'un scénario rapide axé sur les opérations militaires sur un théâtre spécifique. Seules des « grandes campagnes » sont donc disponibles. Le tutorial étant très basique et le manuel trop vague pour le novice, pas assez détaillé pour le vétéran d'Hearts of Iron, l'idéal pour découvrir le jeu est de se lancer dans une campagne « 1936 ».
Si la France peut être votre première intuition, la tendance d'Hearts of Iron à volontairement affaiblir ce pays vous rendra la tâche très difficile. A l'inverse, jouer un pays mineur ayant vocation à rejoindre l'Axe comme la Hongrie (qui n'a par ailleurs que peu de chances de voir des combats se dérouler sur son territoire) ou un pays allié mineur comme le Canada (si vous voulez découvrir le volet naval dès votre première partie) peut constituer une bonne initiation pour le novice.
Au contraire, le vétéran des précédents Hearts of Iron pourra directement jouer un mineur comme l'Allemagne, les Etats-Unis ou...la France !
Bien que ces conseils n'aient pas force de loi, il est vivement recommandé de ne pas jouer un pays trop important dès sa première partie (en voulant « viser trop haut »), au risque d'être dépassé et d'avoir une mauvaise première impression du jeu (qui est sans aucun doute très complexe). Choisissez donc un pays dont la puissance est appropriée à votre expérience de ce type de jeu et lancer enfin la partie !

Comment organiser ses armées ?

Une fois votre partie entamée, vous aurez à réorganiser vos forces armées. Ceci est d'autant plus vrai lorsque vous jouez un pays majeur comme l'Allemagne, Royaume-Uni ou l'Union Soviétique.
De manière générale, en temps de paix, privilégiez une répartition équilibrée de vos forces qui permettent de réagir rapidement à toute offensive ennemie.


Toute province ayant un port pouvant être envahie, une tactique habile pourrait consister à n'y stationner que de faibles garnisons tout en disposant de puissantes réserves mobiles un peu plus en profondeur. Vous pourriez ainsi permettre à l'ennemi d'entamer ses manoeuvres de débarquement avant de détruire son corps expéditionnaire sur les plages. Prenez néanmoins garde à ne pas reproduire l'erreur des commandants allemands de 1944 en sous-estimant l'importance d'une supériorité aérienne lorsque vous entreprendrez telle tactique.
Pensez enfin à utiliser autant que possible des troupes spécialisées lorsque la situation le requiert : troupes d'assaut amphibie et aéroportées à l'avant-garde d'invasion aéronavales, troupes motorisées en terrain plat, troupes de montagne ou encore cavalerie en terrain accidenté.

Dans le cadre d’une invasion amphibie à grande échelle, pensez à profiter des nouvelles fonctionnalités de Semper Fi en créant un nouveau théâtre pour la tête de pont. Vos troupes fraîchement débarquées y seront rattachées et pourront bénéficier d’un ravitaillement d’autant plus efficace que la zone de débarquement est éloignée de votre capitale.

Concernant l'organisation de vos flottes, gardez à l'esprit qu'au-delà de douze points de coque (quatre pour un cuirassé, un et demi pour un porte-avion par exemple), une flotte subit d’importants malus de positionnement. C’est pourquoi il est recommandé de disposer de plusieurs flottes qui comptent au plus douze navires. Plusieurs options s’offrent à vous. Une flotte de cuirassés (trois cuirassés et six navires d’escorte : destroyers et croiseurs légers) a l’avantage d’être assez peu onéreuse, de disposer d’une importante réserve de navires d’escorte qui protègeront vos navires amiraux ainsi que de ne subir que de très faibles malus de positionnement. Elle sera en revanche très vulnérable face aux flottes de porte-avions. C’est pourquoi ce type de flotte est plus efficace dans des zones côtières où votre aviation pourra détruire d’éventuels escadrilles aéronavales ennemies.
Les flottes de porte-avions peuvent quant à elle être de deux types. Une flotte légère composée de deux porte-avions, de deux porte-avions d’escorte, de deux croiseurs lourds ainsi que de six navires d’escorte possèdera l’avantage d’être rapide à construire, polyvalente et de ne souffrir que d’un faible malus de positionnement. Elle sera en revanche mise en difficulté par une flotte lourde composée de deux porte-avions, d’un porte-avion d’escorte ainsi que de deux cuirassés et de six navires d’escorte. Ces flottes lourdes sont les plus meurtrières du jeu lorsqu’elles seront en bonne position mais demeurent néanmoins en proie à d’importants malus de positionnement et leur construction requière l’immobilisation d’une grande part de votre capacité industrielle.
Ces deux types de flotte seront principalement utiles dans des zones inaccessibles aux intercepteurs ennemis (dans le Pacifique par exemple) de sorte que les escadrilles aéronavales pourront s’attaquer librement aux navires ennemis. Il n’y est en outre pas conseillé d’assigner deux escadrilles aéronavales au même porte-avion mais plutôt de les répartir entre vos bâtiments pour minimiser les pertes.
Vous pourrez enfin former des flottes combinant trois croiseurs de bataille et six navires d’escorte, notamment pour chasser ou couvrir des convois maritimes. Polyvalentes, ces flottes pourront en outre être construites rapidement ou même être formées à partir de vos flottes de départ. Elles sont néanmoins fragiles face à des flottes lourdes.

Vous avez enfin avec Semper Fi l'opportunité de désigner un navire comme la « fierté de la flotte ». Celui-ci bénéficiera alors d'un bonus en expérience qui sera certes bien utile durant les combats. Prenez toutefois garde à ce qu'il ne soit pas endommagé outre mesure car cela pourrait affecter votre unité nationale. Le concept de « fierté de la flotte » est donc à manier précautionneusement.

Comment gérer le système logistique ?

Le ravitaillement de vos troupes est un élément essentiel de la guerre moderne. Il l'est également dans Hearts of Iron III. Sans munitions et sans nourriture, même une armée plus puissante n'y saurait éviter la défaite.
Vous devrez donc vous assurer que vos lignes de communication ne soient pas trop étirées durant des offensives. Il peut être indispensable de ralentir les unités mobiles à la pointe de votre avancée afin que celles-ci puissent continuer à être alimentées en carburant. Il est également vital de prendre garde à ce que vos quartiers généraux soient suffisamment proche de vos unités au front, bien qu'assez en retrait pour ne pas risquer d'être attaqués.
D'autre part, les troupes ne peuvent se déplacer dans des provinces dont l'infrastructure est inférieure à 10%. C'est encore l'infrastructure des provinces que croisent vos lignes de ravitaillement qui déterminent leur efficacité. Il peut donc se révéler nécessaire dans certaines situations non seulement de lutter contre les partisans de manière ténue mais également de construire des infrastructures en territoire occupé si vous voulez assurer à vos troupes un ravitaillement suffisant. Des doctrines terrestres (hormis l'arbre « Vague humaine ») et industrielles permettent quant à elle d'accroître l'efficacité du ravitaillement.

Enfin, Paradox Interactive a introduit dans son expansion Semper Fi un mode de jeu « arcade » qui simplifie grandement les règles du ravitaillement pour les débutants. Ici, nul besoin de s'attacher à la défense de vos lignes de ravitaillement contre les partisans ou à la construction d'infrastructures. Tant qu'une unité peut établir une connexion terrestre ou maritime avec votre capitale, cette première sera ravitaillée !

Que produire ?

La question de la nature de votre production militaire est à l'évidence liée à celle des technologies que vous déciderez de rechercher. Ceci est non seulement vrai car ce sont les nouvelles technologies qui activent les nouveaux modèles d'équipements. Mais c'est encore la nature de votre production qui influe en retour sur votre aptitude à rechercher un champ de technologies particulier. Inutile donc de lancer un programme d'armement naval si vous n'avez pas les technologies adéquates et inutile d'investir massivement dans la recherche navale si votre production est entièrement axée sur des unités terrestres et/ou aériennes. Recherche et production doivent aller de paire.
Faut-il pour toutefois investir dans les technologies « théoriques » ? Les réponses à cette interrogation méritent nuance.
Enfin, votre production doit également s'inscrire dans une stratégie à long terme en fonction des aptitudes de chaque unité. Inutile par exemple de produire des brigades blindées si vous menez une guerre offensive ou n'avez pas assez d'unités à pied pour vous défendre. De la même manière, les intercepteurs sont utiles contre les bombardiers tandis que les chasseurs sont efficaces contre...les intercepteurs ! Adaptez ainsi votre production mais encore le placement de vos unités (intercepteurs sur le mur de l'Atlantique, chasseurs en Union Soviétique pour l'Allemagne par exemple) à vos nécessités du moment.
Si certaines unités comme les parachutistes, les troupes d'assaut amphibie ou encore les sous-marins peuvent être amusantes à produire, n'y gâchez pas trop de capacité industrielle à moins d'avoir un besoin particulier (parachutistes et unités d'assaut amphibie pour une série de débarquements, sous-marins pour mettre un pays à genoux en coupant ses lignes de ravitaillement). N'hésitez cependant pas à produire une poignée de ces unités qui sont indéniablement amusantes à utiliser car Hearts of Iron III n'est après tout qu'un jeu !

Faut-il suivre l'histoire ?

La question peut surprendre les habitués de la série Hearts of Iron qui connaissent bien les dilemmes stratégiques auxquels sont confrontés leurs pays préférés. Elle est pourtant encore plus légitime avec ce troisième opus qui fait la part belle aux développements historiques pour le moins surprenants.
Tout dépend en réalité de la stratégie que vous adoptez ainsi que de l'état d'esprit dans lequel vous êtes. Hearts of Iron permet aux joueurs de prendre certaines décisions stratégiques qui étaient inimaginables pour les leaders de l'époque. Ainsi, si vous entendez gagner à tout prix avec l'Allemagne sans vous soucier de la cohérence de votre partie, vous pouvez tout à fait délaisser le développement d'une flotte de surface durant la période d'avant-guerre. Vous pourriez de la même manière étendre la ligne Maginot jusqu'à la Manche en jouant la France. Encore une fois, fixez vous une philosophie de jeu lorsque vous débutez une partie en solo (des règles si vous jouez en multijoueurs) et tenez vous y. Le plaisir de réussir avec une nation majeure en ayant tenu compte des contraintes historiques n'en est que plus important, mais ceci n'engage que moi !
Par ailleurs, prenez garde aux réactions des puissances étrangères lorsque vous entreprenez des actions agressives qui rompent avec un développement historique du jeu (invasion de l'Espagne ou des Balkans par l'Italie dès 1936 ou encore débarquement en Indonésie avant la guerre en Chine pour le Japon par exemple). La diplomatie de l'intelligence artificielle est très réactive lorsque vous entreprenez des actions agressives et vous pourriez rapidement plonger le monde en guerre à l'image des évènements de l'été 1914. Prenez donc garde à vous assurer que les nations que vous agressez ne sont pas protégées diplomatiquement par une grande puissance !

Comment réduire le micro management ?

Hearts of Iron III déstabilise également le joueur par la profondeur de ses fonctionnalités. Comment gérer en effet des ordres de bataille à l'échelle de la brigade sur une carte qui compte plus de dix mille provinces ? Et ceci n'est que l'aspect militaire !
Les développeurs du jeu ont pensé trouver un palliatif en permettant de confier à l'intelligence artificielle le contrôle de tout ou partie de ses troupes affublées de directives spécifiques. Ce système s'est raffiné avec l'expansion Semper Fi puisqu'il est désormais possible d'assigner des ordres différents selon l'arme considérée (marine, aviation, armée de terre). De manière générale, l'intelligence artificielle réagit plutôt bien sous cette forme dès lors que des objectifs clairs sont assignés. Le joueur aura ainsi loisir à cibler certaines provinces comme objectifs stratégiques (il peut s'agir de provinces à défendre ou à conquérir) ainsi qu'à déterminer un comportement général des troupes sous commande de l'ordinateur (défensive, préparation, offensive, Blitzkrieg).
Vous pouvez ainsi confier toutes vos troupes, simplement un théâtre (la ligne Siegfried pour un joueur allemand occupé à envahir la Pologne) voire une seule unité !
Il peut par ailleurs être particulièrement habile de confier à l'intelligence artificielle le contrôle des troupes à pied durant une offensive avec un comportement offensif tandis que vous manoeuvrerez les troupes mobiles manuellement.
Ces fonctions sont très utiles, voire indispensables si vous ne souhaitez pas perdre des heures en micro management. Mais il est tout de même frustrant d'avoir à renoncer à cette facette grand stratégique d'Hearts of Iron où l'on maîtrise tout tandis que c'est ce qui fait le charme de la série.
En revanche, ne vous fiez pas aux estimations des besoins de chaque corps par l'intelligence artificielle (elle n'hésitera pas à réclamer des divisions blindées par dizaines...).

Hearts of Iron III utilise d'autre part de nombreux raccourcis qui permettent de minimiser le nombre de clics nécessaires à la réalisation d'une opération donnée. Parmi ceux-ci, les incontournables seront les touches F11 et F12 qui permettent respectivement de prendre une capture d'écran ou de la carte politique du monde. La touche o permet d'ouvrir le module de modification de l'ordre de bataille tandis que la touche d détache l'unité sélectionnée de la hiérarchie de commande.
La touche ctrl plus une touche numérique permet d'assigner à l'unité sélectionnée un numéro spécifique. Pour sélectionner cette unité, il suffira dès lors d'appuyer sur le numéro (exemple : ctrl+1 pour pouvoir sélectionner l'unité en appuyant sur 1). La touche espace permet évidemment de mettre le jeu en pause ou de supprimer la pause.
Enfin, la touche l permet quant à elle d'embarquer ou de débarquer une unité dans un ou depuis un navire de transport. D'autres touches de raccourcis sont bien entendu disponibles mais celles-ci seront les plus utiles.

Quel mod choisir ?

Enfin, une fois que vous maîtriserez la version de base (dite « vanille »), vous serez sans doute intéressé par l'emploi d'un mod. Les mods sont en effet très courants sur la série Hearts of Iron et procurent bien souvent une expérience de jeu très particulière et rafraîchissante.
Si certains mods assez connus depuis Hearts of Iron 1 et 2 sont encore en phase d'adaptation sur ce troisième opus (notamment les mods CORE, Total Realism Project, Modern Day ou encore 1933), deux mods principaux (et francophones !) pourront retenir votre attention.
Le mod August Storm se veut être une expansion non officielle du jeu de base puisqu'il permet de jouer jusqu'en 1990 et modifie profondément les scénarios 1936 et 1945. Il ambitionne ainsi d'ajuster le moteur de combat de façon à le rendre plus réaliste ainsi que de corriger et d'ajuster les options diplomatiques disponibles à la fois pour le joueur et l'intelligence artificielle (dans une perspective de plausibilité historique). Ce mod est vivement recommandé aux utilisateurs même peu avertis d'Hearts of Iron III, d'autant qu'il n'ajoute rien de superflu.
Le mod MOdif se veut lui « historique » et ajoute de nombreux évènements et décisions au jeu de base pour des parties un peu plus immersives. Les fautes d'orthographe qui entachent les ajouts de ce mod ne sont toutefois pas pour le servir...

Les mods anglophones sont, une fois n'est pas coutume, bien plus timides sur Hearts of Iron III. Si certaines initiatives peuvent être intéressantes (des mods graphiques ou qui tentent d'améliorer l'intelligence artificielle), aucun mod complet ne saurait à ce jour concurrencer sérieusement les mods francophones sus présentés.

Liens utiles

Télécharger le mod August Storm : www.strategium-alliance.com/Les-Mods-d-HOI3.6980.0.html
Télécharger le mod MOdif : forum.jeux-strategie.com/index.php

Guide pour jouer la France

Jouer la France est pour les joueurs francophones tant une évidence qu'un challenge. Nombreux sont en effet les obstacles sur la voie d'une victoire contre l'Allemagne.
Vous ne pourrez tout d'abord allouer guère plus d'une petite dizaine de points de leaderships aux recherches technologiques. Concentrez vous donc sur l'infanterie (qui devra être la colonne vertébrale de votre armée) et les doctrines. Dans le cadre d'une stratégie continentale et considérant que votre allié britannique vous épaulera en cas de confrontation avec l'Italie, vous pouvez négliger la recherche navale et l'expansion de la marine.
La construction d'une puissante aviation de bombardement n'est pas nécessairement recommandée car elle se ferait au détriment des forces terrestres et de la chasse. Si vous entendez disputer la maîtrise du ciel à la Luftwaffe, concentrez donc vos efforts industriels et scientifiques sur la chasse (intercepteurs notamment pour contrer les bombardiers ennemis). Veillez à commencer la modernisation et le renforcement de vos armées suffisamment tôt (courant 1938). Vous pouvez choisir d'étendre la ligne Maginot à la frontière belge comme le font de nombreux joueurs...ou relever un challenge historiquement plausible en vous en abstenant. Comment imaginer en effet le gouvernement français de l'époque construire des ouvrages de fortifications à la frontière d'un pays ami ? Ne négligez toutefois pas de conserver des troupes dans la région pour ne pas répéter l'erreur de 1914.

Une fois le conflit déclaré, certains joueurs aiment à lancer une puissante offensive en Sarre. Sachez néanmoins qu'attaquer des provinces fortifiées tout en franchissant un cours d'eau est très coûteux en vies humaines. Il n'est pas acquis qu'une telle offensive fût une réussite. Si vous pensez toutefois pouvoir surprendre votre adversaire (humain ou artificiel !) de la sorte, concentrez vos forces au nord de la frontière suisse afin de pouvoir remonter ensuite vers le nord et prendre la Ligne Siegfried par le flanc !
Si vous décidez au contraire de ne pas bouger et d'attendre l'offensive allemande, prenez bien garde à mettre en place une défense en profondeur, seule tactique permettant de stopper une offensive mécanisée (en jouant sur l'épuisement des troupes d'élite ennemies). N'oubliez pas non plus de conserver des troupes à la frontière italienne voire en Afrique du nord si vous pouvez vous le permettre.
En tout état de cause, jouer la France n'est pas de tout repos !


Guide pour jouer l'Allemagne

L'Allemagne est le pays le plus joué à Hearts of Iron, probablement du fait du challenge qu'il représente. Si la position géographique de l'Allemagne fait en effet peser sur elle la constante menace d'une guerre sur deux fronts, elle jouit également d'avantages non négligeables comme le fait de pouvoir déclarer la guerre librement à ses voisins.
La période 1936-1939 est essentiellement structurée autour d'évènement historiques et de décisions politiques. Il est évidemment possible de contourner les développements historiques en les évitant...ou en accélérant leur survenue ! C'est tout l'objet de la période précédant le conflit.

La première de cette longue chaîne de décisions est la réoccupation de la Rhénanie. Celle-ci requiert que l'Allemagne aligne 40 divisions (contre 39 au début de la partie) et déplace des divisions à la frontière française. Afin de former une division supplémentaire sans avoir à en produire de nouvelle, vous pouvez profiter du fait qu'une de vos divisions est composée de quatre brigades. Il suffit alors de former une nouvelle division avec deux brigades issues de la première. Vous voilà avec 40 divisions ! Il ne vous suffit plus que de déplacer vos divisions vers la frontière française pour pouvoir annoncer la réoccupation de la Rhénanie.
La décision de l'Anschluss avec l'Autriche est un peu plus simple. Il appartiendra dans un premier temps d'envoyer des espions en Autriche pour soutenir l'organisation du parti nazi local (mission « soutenir notre parti »). Prenez garde à vous y prendre suffisamment tôt car l'organisation du parti nazi autrichien est très basse au début du scénario.
Bien que ces décisions ainsi que celle permettant de réunir la conférence de Munich permettent de baisser votre neutralité, cela ne sera pas suffisant si vous entendez mener une guerre plus tôt qu'historiquement. Il vous faudra alors mobiliser des espions dans votre propre pays avec pour mission de baisser votre neutralité.

Il est par ailleurs conseillé de produire constamment un nombre important de points de diplomatie (plus de 5) si vous entendez mener une stratégie d'alliance agressive. 5 autres points dédiés à l'espionnage seront nécessaires pour mener les opérations sus décrites. Considérant que votre corps d'officier est suffisant pour le début du jeu, il vous reste ainsi une quinzaine de points à allouer à autant de projets de recherche technologique. Donnez le primât aux doctrines, technologies industrielles, ou encore à la recherche dans les domaines des blindés, de l'aviation et de l'infanterie. Nul besoin en revanche d'investir dans la recherche navale à moins que vous n'ayez une stratégie bien précise en tête...
Pensez par ailleurs à développer de manière systématique tout ce qui permet d'accroître la vitesse de vos troupes (infanterie motorisée, artillerie motorisée, etc). La recherche dans le domaine de la cavalerie est néanmoins déconseillée car cette unité ne saurait être à la hauteur des ambitions d'une Allemagne révisionniste. La production de garnisons permettant de garder vos plages ainsi que la ligne Siegfried est elle conseillée, quoique la recherche des technologies liées n'apparaisse pas nécessaire car elle n'augmenterait que peu les caractéristiques défensives de ces unités.
Il peut en outre apparaître avenant d'établir une stratégie de guerre sous-marine en vue d'une confrontation avec la Grande-Bretagne, ce qui implique d'investir dans la recherche et la production  dans ce domaine (un slot de recherche devrait suffire).

Ne gâchez pas votre capacité industrielle à moderniser votre armée dès 1936 ! Vous aurez tout le loisir de le faire la guerre approchant (à partir de la conférence de Munich par exemple). Veillez en revanche à constituer une réserve de ravitaillement qui se révèlera très utile par la suite. N'oubliez évidemment pas de produire suffisamment de biens de consommation pour éviter de faire monter l'instabilité.
Vous pourrez ensuite utiliser votre capacité industrielle restante à la production militaire. Certains joueurs aiment construire des usines en temps de paix afin d'accroître le potentiel industriel de leur nation. C'est notamment utile dans le cas de guerres longues (pour que cette production soit rentable) et s'applique naturellement à l'Allemagne. Toutefois, veillez à construire vos usines loin de zones de fronts potentielles (à l'est de l'Allemagne par exemple) et dans des régions que vous pourrez défendre contre d'éventuels bombardements (la construction de batteries de DCA est en l'espèce bienvenue). Enfin, prenez en compte votre potentiel en matières premières de sorte qu'après avoir étendu votre complexe industriel, votre économie ne soit asphyxiée et ne se retrouve pas en pénurie de ressources. Prévoyez donc une expansion territoriale et/ou une grande activité sur le marché mondial de matières premières si vous entendez étendre votre industrie au-delà de ce que vos matières premières nationales ne vous le permettent.
Vous pouvez également investir dans l'extension de la ligne Siegfried, bien qu'il puisse être préférable d'investir dans la production d'unités puisque la frontière du Rhin n'a pas vocation à demeurer...

Sur le plan géopolitique, vous pouvez décider de soutenir le coup d’état militaire en Espagne si vous entendez vous allier avec l'Espagne nationaliste par la suite. Mais vous pouvez également rester en dehors de ce conflit si vous comptez envahir en tout hypothèse l'Espagne pour frapper Gibraltar.
Vous aurez ensuite à choisir si vous désirer suivre le déroulement historique du conflit en signant un pacte de non agression avec l'Union Soviétique avant d'envahir la Pologne. Il est toutefois envisageable de ne pas signer de pacte avec l'URSS et de ne pas envahir la Pologne, laquelle servira de glacis protecteur à l'ouest duquel l'Allemagne sera à l'abri d'une invasion terrestre soviétique. Prenez cependant garde à ce que la Pologne ne rejoigne pas les Alliés tandis que vos yeux et moyens militaires seraient rivés sur la France !
Concernant cette dernière, l'option historique d'une invasion du Benelux axée sur une percée dans les Ardennes est préférable eu égard au haut niveau de pertes qu'impliquerait une offensive frontale contre la ligne Maginot. Une invasion du Danemark et de la Norvège peut quant à elle apparaître indispensable à la protection de vos échanges commerciaux vitaux avec la Suède (cet aspect est bien mieux reflété dans certains mods). Vous pouvez par ailleurs faire le choix de tenter l'opération Lion de mer contre la Grande-Bretagne après (voire avant !) la chute de la France, auquel cas assurez vous de disposer d'une flotte de surface et de transport suffisamment puissante voire de troupes aéroportées.

Considérez enfin que c'est la guerre à l'est qui décidera de l'issue du conflit. Vous pouvez opter pour une stratégie périphérique contre la Grande-Bretagne impliquant une alliance avec l'Italie, l'appui d'offensives en Méditerranée ainsi que la conquête diplomatique et/ou militaire des Balkans (s'allier ou annexer la Roumanie est indispensable pour maintenir des réserves de pétrole suffisantes). Mais c'est bien la réussite ou l'échec de l'opération Barberousse qui décidera du sort de l'Allemagne !
Veillez ainsi à placer de puissantes garnisons en Europe de l'ouest (la construction de fortifications côtières ainsi que de batteries de DCA est conseillée) afin de vous prémunir contre tout débarquement allié. L'activité de vos sous-marins dans l'Atlantique pourra également ralentir la montée en puissance alliée tandis que vous serez concentré sur le front russe.
Ce front russe, il appartient précisément d'en apprivoiser le terrain. Utilisez le mode de carte terrains pour localiser les zones de marais et de forêts au centre et au nord du front. Il est donc conseillé de concentrer vos armées mobiles en deux voire un seul point. Si vous optez pour une offensive à deux pinces, prenez garde à ce que leurs points de départ soient suffisamment proches pour qu'une jonction soit réalisable. Vous pourrez réaliser d'importants et indispensables encerclements en Biélorussie et en Ukraine. C'est même votre seul chance d'anéantir l'Armée rouge ! Si vous optez au contraire pour un seul Schwerpunkt, il serait plus efficace qu'il fût localisé au sud du front. Vous aurez ainsi pour objectif la traversée rapide du Dniepr après quoi vos blindés pourront remonter vers le nord et encercler les armées soviétiques prises au piège en Ukraine et Biélorussie et fixées par les offensives de votre infanterie.
En toute hypothèse, l'hiver approchant, veillez à raccourcir votre front et à vous placer en position défensive si vous n'êtes pas parvenus à emporter la décision la première année. Gardez en tête qu'il vous restera encore au moins un printemps et un été d'offensive pour détruire suffisamment d'armées soviétiques et vous emparez des trois grandes villes du pays (Leningrad, Stalingrad, Moscou).
Soyez enfin attentifs aux développements de la guerre en Méditerranée et dans l'Atlantique car vous pourriez être bientôt amené à détourner une partie de vos renforts vers ces théâtres afin d'éviter que les Alliés ne prennent pied sur le continent. De même, essayez de tenir les Etats-Unis le plus longtemps en dehors du conflit en évitant les actions agressives à leur endroit. En tout état de cause, réussir une campagne avec l'Allemagne à Hearts of Iron III n'est pas chose aisée mais le challenge que cela présente est très excitant !


Guide pour jouer le Royaume-Uni

Le Royaume-Uni est un pays ambivalent. S'il constitue le plus grand empire au monde, c'est à la fois un atout et sa principale faiblesse. Car si les colonies britanniques sont une immense source de matières premières, elles font également l'objet de convoitises et nécessitent d'être fermement défendues.
Au début du jeu, vous devriez pouvoir assigner une quinzaine de points de leadership à la recherche (vous pouvez négliger l'espionnage sauf si vous avez une stratégie bien précise en tête). Donnez le primât aux doctrines terrestres (« Grand Battle Plan »; bien que vous puissiez en changer) et navales (« Sea Lane Defense »), à l'aviation ainsi qu'aux navires amiraux et d'escortes (croiseurs légers et destroyers essentiellement, porte-avions lorsque vous devrez affronter le Japon). Investissez également dans la recherche d'équipement pour votre infanterie et les chars légers et moyens, voire pour des troupes spécialisées dans l'assaut amphibie.
Votre production devrait être orientée d'abord vers la marine (n'oubliez pas de construire des convois !!) et l'aviation. Vous pouvez toutefois choisir de construire des usines durant les premières années car les ressources de votre empire vous le permettent. Entamez la formation d'unités d'infanterie la guerre approchant. Des unités de garnison pourront également vous permettre de défendre vos principaux ports. Ne négligez pas de placer de puissantes garnisons au Moyen-Orient, surtout lors d'une partie multijoueurs car le contrôle de cette région ainsi que du canal de Suez peut se révéler décisif pour vos adversaires !

Vous pouvez choisir de défendre la France en y envoyant un corps expéditionnaire. Mais si vous pensez pouvoir défaire l'intelligence artificielle trop facilement et que vous souhaitez une partie intéressante, essayez de vous en abstenir. Certains joueurs aiment à envahir l'Allemagne par la mer du Nord tandis que cette première est engagée en Belgique. Encore une fois, si vous avez dans l'idée de jouer une partie longue et intéressante, ne tentez pas d'arrêter l'avancée allemande sur le continent (ce serait malheureusement trop facile avec la version originale !). Privilégiez une attaque périphérique, le théâtre de la Norvège étant idoine pour un affrontement avec les forces allemandes (avec notamment la possibilité de débarquer un corps expéditionnaire à Narvik pour stopper l'avancée ennemie). Vous pourriez en outre y neutraliser une partie de la Kriegsmarine !
Veillez par ailleurs à placer suffisamment de troupes en Egypte lors de la déclaration de guerre italienne (en principe au moment où Paris tombe sous la coupe allemande). Ne négligez pas non plus de surveiller les développements de la guerre sino-japonaise car le Japon pourrait bien s'attaquer à vos intérêts en Asie sitôt qu'il aura mis la Chine à genoux !

De manière générale, évitez de vous lancer dans d'épuisantes et très coûteuses campagnes terrestres avec le Royaume-Uni ! Vos faibles réserves humaines ne vous le permettent pas. Privilégiez au contraire l'usage de corps expéditionnaire et la maîtrise de l'espace aérien grâce à la Royal Air Force. Essayez de ralentir de la sorte toutes les opérations ennemies (vous pouvez par exemple défendre l'île de Crète !) avant que l'Union Soviétique n'entre dans le conflit. Et une fois l'Allemagne embourbée sur le front est, lancez des invasions périphériques pour tester ses défenses avant de trouver la faille, fût-elle en Italie comme historiquement, dans les Balkans ou en Europe occidentale. Appliquez la même méthode face au Japon en débarquant sans cesse des unités sur les arrières ennemies et en vous assurant la supériorité navale et vous assurerez la survie de l'empire britannique !


Conseils pour jouer le Japon

La stratégie de jeu avec le Japon peut être approchée de diverses manières. Une expansion territoriale en Chine et en Mongolie peut être envisagée (c'était l'option préconisée par les chefs de l'armée de terre), de même qu'une expansion dans le Pacifique sud (l'option privilégiée par la marine).
La problématique principale qui freine l'expansion territoriale du Japon est l'exiguïté de son territoire et partant, son manque de matières premières. Le Japon doit donc entretenir de bonnes relations commerciales avec des pays comme les Etats-Unis, le Royaume-Uni ou encore les Pays-Bas...ceux-là mêmes qu'une expansion dans le Pacifique sud viserait. C'est pourquoi le Japon doit s'assurer d'avoir des réserves suffisantes en ressources pour éviter une pénurie trop rapide...mais surtout compter sur des victoires majeures dès les premiers engagements de sorte que la décision soit emportée en quelques mois. Le Japon ne peut en effet se permettre une guerre longue. La tâche n'est donc pas aisée.
Si vous choisissez d'entrer dans l'Axe de manière prématurée, vous prenez le risque de vous trouver en guerre avec l'Angleterre, la France, voire l'Union Soviétique sans en avoir l'initiative, les déclarations de guerre étant le fait de l'Allemagne nazie. Dans cette hypothèse, vous devrez adopter une posture défensive en Mandchourie tandis que vous vous emparerez rapidement des gisements de pétrole et des matériaux stratégiques du Pacifique sud (Malaisie, Indonésie notamment). Seule la possession de ces ressources et la sécurisation de vos lignes de communication à travers l'océan vous permettront de soutenir une guerre d'usure en Inde, en Sibérie puis contre les Etats-Unis.

Si vous optez pour l'option historique avec une invasion de la Chine en 1937, prenez garde à conserver vos quartiers généraux suffisamment proches de votre ligne de front mais à l'abri d'attaques ennemies. La nature du terrain ainsi que les faibles infrastructures de la Chine soumettront en effet votre appareil logistique à rude épreuve !
D'un point de vue de la composition de vos armées et de vos choix en termes de recherche et de production, l'infanterie et l'artillerie devront être absolument prioritaires. Vous pouvez toutefois investir dans la cavalerie, les unités d'assaut amphibie ou encore les garnisons. Ne négligez pas non plus les recherches aériennes et navales même s'il est conseillé d'attendre de développer des modèles performants avant de lancer des programmes de construction navale.
Une fois en guerre avec la Chine, menez des assauts frontaux au nord-est du pays afin d'y attirer le plus de troupes ennemies possibles. Menez ensuite diverses opérations amphibies avec vos réserves sur la côte est (où le terrain est par ailleurs plus favorable aux manoeuvres). Tentez de vous emparer le plus rapidement de Nankin, la capitale chinoise. Ceci devrait désorganiser les armées ennemies.
La possession des ports de la côte est chinoise est encore indispensable à la réussite de votre indispensable compte tenu des difficultés logistiques que rencontreront vos troupes au nord (l'infrastructure culminant souvent autour de 30 voire 40%, il ne sera pas rare de voir vos unités remporter un combat mais demeurer incapable de progresser du fait d'une pénurie d'approvisionnement). Par ailleurs, étant donnée votre écrasante supériorité navale face aux Chinois, n'hésitez pas à rembarquer une tête de pont qui peine à avancer et à débarquer ces troupes à un autre endroit. Utilisez encore votre marine pour des missions de bombardement côtier et vos porte-avions comme appui aérien. Vos bases navales et aériennes sur l'île de Formose vous seront à cet égard d'un grand secours (vous pourrez redéployer vos avions à Nanchang lorsque vous l'aurez capturée).
En ce qui concerne l'organisation de vos divisions, vous pouvez reproduire le schéma des Brigades mixtes indépendantes qui comprennent deux brigades d'infanterie, une brigade d'artillerie et une brigade de génie. Celles-ci ont l'avantage de n'utiliser que peu d'espace sur le front et d'être polyvalentes (performantes tant pour des tâches offensives que défensives). En dehors de ces unités, privilégiez une production classique d'infanterie, de garnisons et d'unités spécialisées dans l'assaut amphibie.

Quoiqu'il arrive, vous devez éviter toute guerre de position. Attaquez sans relâche les positions chinoises, lancez des attaques de diversion sur tout le front (même si vous ne remportez pas ces batailles, vous fixez les troupes ennemies) de sorte que votre attaque principale ne rencontre que peu de résistance. N'hésitez pas à abandonner des poches ennemies derrière vous et à n'y conserver qu'un mince cordon de troupes : sans ravitaillement, votre ennemi n'aura d'autre choix que de se rendre.
Il peut être bienvenu de mener une offensive aéronavale contre le port de Guangzhou au sud-ouest de la Chine. Vous pourrez y installer une base de ravitaillement mais aussi y redéployer vos escadrilles et vos navires. Il sera néanmoins sans doute nécessaire de construire d'autres ports le long de la côte chinoise afin d'assurer un ravitaillement optimal de vos troupes. Prenez garde à ne pas abuser de la fonction de redéploiement stratégique car vous aurez bientôt fait d'épuiser vos réserves de ravitaillement. La guerre en Chine est une guerre d'attrition, ayez donc pour but de détruire le plus grand nombre d'unités ennemies !
Enfin, conservez des garnisons dans vos principales bases du Pacifique en cas d'attaque alliée. Car le succès de la stratégie japonaise reposera essentiellement sur une victoire dans le Pacifique.

Dans le cadre de ce théâtre du Pacifique, vous avez la possibilité dans Hearts of Iron III de reproduire le raid de Pearl Harbor. Mais avant de vous engager dans telle entreprise, prenez bien garde à ce que vos forces armées soient prêtes à fondre sur les possessions ennemies car seule la vitesse d'exécution de vos opérations fera leur succès. Basez un corps expéditionnaire sur l'île de Formose. Il sera le fer de lance de l'invasion des Philippines (qui pourraient constituer une base avancée très dangereuse pour la marine américaine). Encore une fois, utilisez vos troupes d'assaut amphibie pour vous saisir rapidement des zones côtières et laissez l'infanterie nettoyer le reste des îles. Un second corps expéditionnaire partira d'Indochine que vous aurez préalablement occupé à la suite de la reddition française. Il aura pour mission de s'emparer de la Malaisie puis des îles néerlandaises. Cette zone riche en matières premières devra retenir toute votre attention et doit être la cible principale de vos offensives car sans ces ressources, le Japon ne peut supporter une guerre longue.
Vous pouvez ainsi décider de n'attaquer que les Alliés occidentaux. Mais il est fort probable que les Etats-Unis se joignent au conflit (d'autant plus probable si les actions agressives de l'Axe en Europe ont déclenché des mouvements interventionnistes en Amérique). Il faut en tout état de cause vous préparer à affronter la marine américaine en même temps que les Alliés européens, ne serait-ce que pour une question de roleplay et de cohérence historique. Déplacez donc une puissante flotte de porte-avions afin de déceler le port qui sert de base à la marine américaine dans le Pacifique, fût-ce Pearl Harbor ou un autre grand port. Lancez ensuite vos brigades aéronavales à l'assaut de la base dès la guerre déclarée aux Etats-Unis. Votre objectif doit être de mettre hors de combat le gros de la flotte américaine dans le Pacifique, et dans l'idéal, de couler ses porte-avions. Vous auriez ainsi tout loisir de manoeuvrer durant quelques mois. Profitez en pour vous emparer de toutes les bases d'importance : Guam, Midway, Wake, Hawaii si vous le pouvez !

Après quelques semaines de conflit, vous devriez avoir atteint vos objectifs dans le Pacifique sud-ouest. N'oubliez pas de laisser des garnisons et quelques troupes mobiles dans chaque île occupée (construire des batteries anti-aériennes là où vous baserez vos flottes n'est pas une mauvaise idée !) ainsi que des sous-marins qui, patrouillant, vous avertiront de tout mouvement de flotte ennemi. Vos intercepteurs pourront également tenir le rôle de patrouilleurs et le cas échéant, défendre vos bases conquises contre les bombardements ennemis. Prenez également garde à bien sécuriser vos lignes de ravitaillement depuis le Japon de sorte que vos unités ne souffrent pas d'attrition.
Si tout se passe bien, vous devriez être en mesure de faire converger vos forces vers la Nouvelle-Guinée puis l'Australie et la Nouvelle-Zélande après plusieurs mois d'opérations. Une fois celles-ci sécurisées, vous aurez à choisir entre pousser en Inde, en Chine si celle-ci n'est pas encore assujettie ou directement sur la côte ouest américaine si vous en avez l'audace !

Ainsi, de manière générale, toute stratégie navale japonaise requiert que vous agissiez vite et coordonniez vos invasions. Les troupes d'assaut amphibies doivent ouvrir les débarquements, couverts par de puissantes flottes de surface, puis être relevées par l'infanterie qui anéantira les forces ennemies. Une fois les troupes d'occupation acheminées dans la zone conquise, vous pouvez lancer l'invasion d'une nouvelle cible stratégique.
Evitez les affrontements navals si vous savez ne pas bénéficier d'une supériorité. Vous ne pourrez vaincre les Alliés sur le plan industriel. Il vous appartient donc de profiter des premiers mois de guerre pour profiter d'un avantage que ceux-ci ne sauront combler. Car c'est de ces premiers mois que dépendra votre réussite sur la théâtre du Pacifique.

Réseau Gamers et Stratégie. Association Loi 1901 à capacité juridique.
©1998-2017 Réseau Gamers et Stratégie - Tous droits réservés - Mentions légales