Système TeamSpeak du Réseau Jeux-Strategie.com Abonnez-vous à nos flux RSS Mur du Réseau Jeux-Strategie.com
 

      

guerre aérienne

Bonjour
Nous avons déjà passé en revue les bases du système de missions. Vous vous demandez donc probablement ce qu’il y a comme autres nouveautés dans Hearts of Iron 3.

Il y a deux changements majeurs. La première est l’effet des doctrines sur le combat aérien. En vous focalisant sur les doctrines vous pouvez influencer la manière dont vos unités aériennes se comportent au combat. Il y a deux applications ici, une pour le combat aérien et une pour l’attaque au sol. Pour le premier vous pouvez choisir « focalisation chasseurs » ou « focalisation bombardiers ». Ceci détermine les priorités d’attaque lorsque vous êtes confrontés à des piles mixtes d’unités aériennes adverses. Les termes parlent d’eux-mêmes : d’un côté vous encaisserez davantage de dégâts au sol à court terme mais épuiserez les chasseurs ennemis à long terme pour obtenir la supériorité aérienne, de l’autre vous pouvez viser les bombardiers ennemis pour réduire les dommages qu’ils infligeront à vos troupes.

Concernant l’attaque au sol, les deux doctrines sont « focalisation première ligne » et « focalisation réserves ». Celles-ci déterminent quels types d’unités terrestres ennemies vos avions bombarderont lors de leurs missions d’attaque au sol. Vous pouvez viser les unités de première ligne pour tenter de provoquer une brèche ou vous concentrer sur les unités de réserves user l’ennemi de manière plus générale.

Comme je l’ai mentionné ces doctrines viennent par paires, elles ne s’excluent donc pas mutuellement. En substance, ces technologies apportent un poids ; des niveaux de recherche identiques donnent des priorités égales pour chaque cible.

En parallèle, vous vous demandez sûrement quel sera l’impact des bombardements aériens sur les unités terrestres. C’est le sujet de beaucoup de tests d’équilibre, mais à en croire nos propres tests internes la guerre aérienne fonctionne d’elle-même pendant les combats terrestres. La combinaison de chasse et d’attaque au sol peut faire s’effondrer des unités qu’elles ne l’auraient fait autrement. Quelle que soit l’approche que vous choisissez, bombardement des réserves ou de la ligne de front, l’appui aérien peut décider du sort d’une bataille.

L’autre gros changement est, sans surprise, le contrôle par l’IA. Les unités aériennes n’ont pas de structure de commandement individuelle ; au lieu de cela une pile d’unités aériennes est toujours considérée comme une brigade. De ce fait, n’importe quel QG de la chaîne de commandement peut se voir rattacher du soutien aérien. En contrôle manuel cela ne veut pas dire grand-chose puisque vous commandez vos unités aériennes vous-mêmes. Cependant en contrôle par l’IA cela peut vous permettre de mieux diriger vos effectifs aériens. Disons que vous avez trois groupes d’armées sur un front, mais que tous vos objectifs offensifs sont face à un seul d’entre eux. Vous pouvez assigner des unités aériennes à l’usage exclusif de ce groupe d’armée au lieu de les affecter à l’ensemble du théâtre d’opérations, concentrant ainsi votre capacité aérienne dans la région que vous voulez attaquer au lieu de la disperser à travers tout le front.

À présent, si nous reprenons notre exemple et disons que vous voulez contrôler vous-même le groupe d’armée qui attaquera, vous pouvez affecter des unités aériennes aux groupes d’armées dont vous voulez laisser la gestion à l’IA et leur permettre de les utiliser eux-mêmes, plutôt que d’avoir à gérer à la fois votre offensive et vos unités aériennes sur l’ensemble du théâtre d’opérations.

Ces exemples sont valables pour de grandes formations, mais les unités aériennes peuvent être affectées jusqu’au niveau du corps d’armée. Donc si vous estimez qu’une armée ou un corps a besoin d’une aide particulière pour quelque raison que ce soit, vous pouvez détacher des unités aériennes des échelons supérieurs et les affecter à l’usage exclusif de cette formation. Lorsque cette aide ne sera plus nécessaire, il suffira de détacher les unités aériennes et de les réaffecter ailleurs dans la chaîne de commandement.

Ce que nous avons voulu privilégier, ce sont à la fois la flexibilité et la facilité de gestion.

Screenshot

Réseau Gamers et Stratégie. Association Loi 1901 à capacité juridique.
©1998-2017 Réseau Gamers et Stratégie - Tous droits réservés - Mentions légales