Système TeamSpeak du Réseau Jeux-Strategie.com Abonnez-vous à nos flux RSS Mur du Réseau Jeux-Strategie.com
 

      

Test d'Hearts of Iron III : Semper Fi

 Neuf mois pour une première expansion


Sorti en août 2009, Hearts of Iron III, jeu grand stratégique sur fond de Seconde guerre mondiale, avait suscité beaucoup d’intérêt mais également de déceptions. Déçus par les nombreuses approximations de ce troisième opus, les fans de la série développée par les Suédois de Paradox Interactive attendaient mieux. Si les patchs successifs avaient en effet pu rendre le jeu plus ou moins jouable, ce n’est qu’avec la sortie de l’expansion Semper Fi qu’Hearts of Iron III pourrait finalement tenir toutes ses promesses.

De nombreuses questions ont légitimement pu se poser après l’annonce d’une expansion pour Hearts of Iron III. Moins d’un an après la sortie du jeu original, n’est-ce pas trop tôt ? La politique commerciale de Paradox Interactive visant à multiplier les expansions (quatre pour Europa Universalis III !!) ne nuit-elle pas à la finition de ses jeux ? Hearts of Iron III était en effet apparu à de nombreux joueurs et observateurs comme bâclé.
Plus précisément, il était fait grief à Hearts of Iron III de pêcher en termes d’immersion historique. Si un moindre respect des trames historiques était tout à fait justifié pour des jeux se déroulant sur de longues périodes comme Europa Universalis, cela l’est beaucoup moins pour un jeu comme Hearts of Iron dont l’intrigue se concentre essentiellement sur la Seconde guerre mondiale.
Dès lors, les développeurs de l’expansion Semper Fi ont avant tout entendu répondre au manque d’historicité d’Hearts of Iron III. C’est notamment pourquoi ils ont introduit des « effets stratégiques » qui, dès que les conditions pour y avoir accès sont remplies, accordent un bonus tout en permettant d’enrichir les parties de stratégies globales à long terme. Un joueur allemand ayant réussi à rallier l’Italie fasciste pourra ainsi bénéficier du Pacte d’acier qui accorde un bonus en matière de recherche et de ravitaillement pour simuler la coopération entre les deux dictatures.
Dans la même trame, le joueur de Semper Fi sera le témoin d’évènements historiques portrayant le déroulement de batailles qui auront marqué la Seconde guerre mondiale. C’est ainsi qu’un évènement « victoire dans la bataille de Moscou » accordera un bonus temporaire au joueur soviétique qui réussirait à protéger sa capitale.
Mais si l’ensemble vise à donner au joueur un plus grand sentiment d’immersion historique, l’effet est assez mitigé car ces nouveautés relèvent de l’accessoire (on aurait également pu citer les conditions de victoire déterminables en début de campagne).


L’enfer des théâtres d’opérations


Semper Fi ambitionne par ailleurs de corriger cette impression d’un jeu pas tout à fait achevé et mettant en avant des fonctionnalités qui ne peuvent être utilisées comme elles devraient l’être. C’est le cas des théâtres d’opérations. Hearts of Iron III met en place un système de chaîne de commandement divisée en théâtres d’opérations. Si cette nouveauté a été bien accueillie parmi les joueurs, il était regretté de ne pouvoir créer de nouveaux théâtres d’opérations et de devoir s’accommoder de ceux qui sont présents depuis le début d’une campagne. L’expansion Semper Fi corrige cela et permet créer des théâtres d'opération depuis un quartier général d'opérations existant, de transformer un quartier général de groupe d'armées en un quartier général d'opération, ou encore de dissoudre ce dernier. La visibilité de certaines fonctionnalités était également remise en cause. C’est pourquoi Semper Fi permet de visualiser la chaîne de commandement et met en valeur les quartiers généraux dont la taille sur la carte sera plus importante.
Hearts of Iron III introduisait par ailleurs le concept de contrôle de l’intelligence artificielle par lequel le joueur pouvait confier le commandement de ses forces armées à l’intelligence artificielle tout en lui assignant des directives (comportement tactique mais également objectifs stratégiques). Semper Fi apporte une touche de détail en permettant d’assigner de telles directives à chaque arme de manière différenciée (marine, aviation et armée terrestre).
Enfin, Semper Fi permet d’organiser de manière beaucoup plus simple sa chaîne de commandement par le biais d’une fenêtre dédiée et de simples glisser-déposer. L’ensemble de ces modifications donne une réelle visibilité aux nouveautés d’Hearts of Iron III et permet aux joueurs d’en profiter pleinement sans perdre des heures en micromanagement. Elles semblaient d’ailleurs si indispensables pour profiter réellement du jeu qu’il serait légitime de se demander pourquoi elles ne sont présentes que dans une expansion et non pas dans le jeu original ou un patch...

Le Paradox de l’intelligence artificielle


Les Suédois de Paradox Interactive nous avaient certes habitué à des intelligences artificielles plus que perfectibles. Mais avec Hearts of Iron III, ils avaient réellement marqué le coup ! A tel point que de nombreux fans sur le forum officiel de la compagnie n’hésitaient pas à supplier l’équipe de développement d’y remédier, affirmant qu’ils étaient prêts à acheter une expansion qui se concentrerait sur l’intelligence artificielle…
Et de fait, Semper Fi avait annoncé faire la part belle à une amélioration de cette dite intelligence artificielle. Elle était censée détecter les poches potentielles et mettre en place un recul tactique lorsque cela permet d’éviter un encerclement. Elle devait organiser une ligne de réserve pour faire face au Blitz des joueurs. Enfin, les pays alliés devaient venir en aide aux joueurs qui pourraient leur assigner des objectifs particuliers (un joueur allemand demandant ainsi à son allié italien de prendre Bakou).
Mais comme il était prévisible, la réalité est bien loin de ce qu’annonçait l’équipe de développement. Si les intelligences artificielles se laissent effectivement moins facilement encercler et que leurs armées pourront sembler plus prompts à reculer plutôt qu’à tomber sur place, elles demeurent toujours aussi faibles en termes de planification stratégique (Paradox Interactive a-t-il seulement entendu parler d’une certaine opération Overlord ?). Par ailleurs, le système d’objectifs assignés aux alliés ne semble pas réellement fonctionner (peut-être pour un patch ?).
Il appartient néanmoins de nuancer le propos en constatant de réels progrès en termes de coordination inter-armes. La guerre du Pacifique est un peu plus vivante. Les intelligences artificielles y mèneront des invasions qui mêleront appui aéro-naval et débarquement. Elles seront par ailleurs capables de mener plusieurs opérations à la fois (même si l’on reste loin de ce que furent les opérations amphibies durant la Seconde guerre mondiale).


Semper Fi réhabilite la guerre navale


Hearts of Iron III avait aussi été critiqué dans son versant maritime. Les combats navals y étaient en effet irréalistes au possible et pouvaient impliquer un nombre assez étonnant de navires sans que leur efficacité ne soit réellement affectée. Semper Fi entend remédier à ces défauts du jeu original en mettant en place un malus de positionnement (modulable en fonction du niveau de commandement). Par ailleurs, les flottes qui ne seraient pas mixtes (navires amiraux et navires écrans) sont pénalisées et demeurent plus vulnérables aux attaques sous-marines ou aériennes.
En outre, un navire pourra être désigné comme la « fierté de la marine » et bénéficiera d’un bonus en expérience représentant le fait que les meilleurs officiers et marins y servent. La perte de ce navire (le Bismarck !) entraînera toutefois une baisse de l’unité nationale.
Semper Fi permet également d’exploiter pleinement le système de convois de ravitaillement puisqu’il est désormais possible de créer de nouveaux convois sur la carte même entre des ports entre lesquels il y aurait une connexion terrestre.
Enfin, Semper Fi introduit la possibilité de changer le type d’une unité terrestre (infanterie en infanterie motorisée, infanterie de montagne, etc). L’expérience accumulée par l’unité est conservée mais durant le temps de formation et de remplacement du matériel, l’unité ne pourra combattre et apparaîtra dans la file de production du joueur.


Conclusion


Que retenir d’Hearts of Iron III : Semper Fi ? Certaines fonctionnalités sont plus visibles et plus facilement utilisables pour le joueur (notamment la chaîne de commandement). L’intelligence artificielle a vu sa gestion tactique améliorée, les combats navals sont un peu plus réalistes et les développeurs ont tenté d’accroître l’historicité du jeu.
Mais d’importants défauts demeurent. L’intelligence artificielle est toujours aussi incompétente sur le plan de la pensée stratégique, les alliances sont toujours aussi fantaisistes, la carte comporte encore des erreurs grossières, les performances du jeu sont toujours très faibles (quel gâchis pour un jeu qui se veut dédié aux wargamers !). Quand tous ces défauts seront-ils corrigés ? Peut-être faudra-t-il une autre expansion ? En attendant, Hearts of Iron III ne semble toujours pas remplir toutes ses promesses.
Mais le fera-t-il seulement un jour ?


Qualités :

- Des fonctionnalités enfin exploitées jusqu’au bout !
- Quelques améliorations concernant l’intelligence artificielle, essentiellement au niveau tactique
- Une gestion plus réaliste des combats navals

Défauts :

- Une intelligence artificielle qui porte toujours aussi mal son nom en termes de pensée stratégique d’ensemble
- Des performances toujours très faibles malgré une légère amélioration
- Et l’irrépressible pensée que tout cela aurait du être inclus dès le jeu original !!

Configuration requise :

Système d’exploitation Windows 2000/XP/Vista
Processeur Intel Pentium IV 2.4 GHz ou AMD 3500+ (quad core)
Mémoire vive : 2GB RAM
Espace disque : 2GB
Carte graphique NVidia GeForce 8800 ou ATI Radeon X1900
Carte son compatible DirectX

 

Note : 7/10

 

Les carnets de développement

Voici les liens vers les différents carnets de développement

Index des carnets de développement

Galerie d'images

Réseau Gamers et Stratégie. Association Loi 1901 à capacité juridique.
©1998-2017 Réseau Gamers et Stratégie - Tous droits réservés - Mentions légales